Soft spoken, but a fierce advocate for the rights of sex workers in South Africa

0
562

Lloyd Rugara migrated from Zimbabwe to South Africa in search of a better life for himself. However, his personal experiences and those of sex workers he interacted with pushed him into the forefront of activism. Rugara counts himself among dozens of relentless and tireless voices of the community

How did you get involved with sex worker rights activism? What issues or people inspired you?

Several things pushed me. First, I am a sex worker and I know the challenges such as violence and discrimination that the community face first hand. My personal experiences have shaped me to the activist I am today. I believe in speaking out for those who can’t and for myself. Secondly, I believe in human rights for everybody including sex workers. The other main reason I became an activist is the fighting spirit and courage of others in the movement. I wanted to be part of the great work they were doing in advocacy for the rights of sex workers. Their passion and energy is still a big motivation for me. My biggest drive was and is still is the campaign to decrimialise sex work and also ensure sex workers have access to health services without stigma and discrimination.

Which countries and/or regions are you focused on in terms of mobilising support for the work that you do?

We work with South Africa.

 

What organisations are you currently involved in and what are the priority areas that these organisations work in?

We work and collaborate with many organisations such as Sonke Gender Justice, Women’s Legal Centre, Sweat Legal Clinic, Triangle Project

Desmond Tutu Foundation, Sweat helpline, Health4man, Gender Dynamics, South African Police, Legal Resources Centre and Asijiki just to mention a few. The focus is mainly the rights of sex workers and women, social development and legal issues such as the push to decriminalise sex work in South Africa.

Tell us a bit about your activism/work specifically?

I moved from Zimbabwe in 2007, where I am from. As a migrant, life was not easy and I faced a lot of challenges. I am an openly gay man and was a sex worker when I first moved to South Africa. As an immigrant and sex worker I faced a lot of challenges, which made me want to do something to change that. This is why I am a passionate advocate of the rights of the Key Populations. I believe in taking a lead to bring the change I want to see. As an activist, I know the challenges and stigma sex workers face. One of my concerns is that Male Sex Workers and Transgender Sex Workers are almost invisible within some advocacy structures and they get drowned in the larger populations of people living with HIV ignoring other issues that they may be facing. To add to the double stigma they face are a number of legal issues.

I started my activism at Sex Worker Education and Advocacy Task Force (SWEAT) where I was for three years. For the last two years, I have been with SISONKE.

Now, I am a provincial coordinator at Sisonke. I have worked with many of the other key populations such as people who use injectable drugs. I am comfortable working with them and understand the nuances of the double or triple stigma they face, and the challenges of organising in the difficult environments they live in.

What were the biggest events or challenges you’ve worked on in the past?

I have been involved in organising International Sex Workers Rights Day, International Sex Workers Day, Nelson Mandela Day, International day to End Violence Against Sex Workers.

What do you think will be the biggest challenges for your organisation?

Getting our organisation registered has been a long and tedious journey. Now, we are registered and I cannot think of a bigger challenge in future. However, we have to just wait and see. On advocacy, working with the police to reduce harassment of sex workers and also service providers still remains a challenge.

How do you carry out your activism e.g. what forms of social media and/or strategies do you use? (protests, social media, legislation, e.t.c.) to further the things you advocate for?

One of our strategies as an organisation is using protests especially when we feel that subtle diplomacy and engagement especially with the government is not working. We also use traditional and new media for our advocacy especially for our sensitisation campaigns. We also do community outreaches and as a last option, seek legal interventions.

Do you have one message for the sex worker rights movement? Or one message for people outside the movement?

Yes, sex workers should work together and also learn to share information and resources, which are some of the most powerful tools in activism. The movement also needs to speak in one voice so that we can be heard as one. For people outside the movement, we need your support. We need allies and friends who can stand, talk and fight for the rights of sex workers to end criminalisation of sex work.

What is your biggest wish?

To see a South Africa where sex work is recognised as work and where sex workers health and human rights are guaranteed.   Profile by ASWA

******************************************************

(Durant cet entretien, le leader des travailleurs du sexe parlerait de sa vie, son travail et l’activisme)

Orateur à voix douce, mais fervent défenseur des droits des travailleurs du sexe en Afrique du sud.

Lloyd Rugara a émigré du Zimbabwe et s’est installé en Afrique du sud dans la recherche d’une vie meilleure, par ailleurs son expérience personnelle et celles des travailleurs du sexe avec lesquels il a interagi lui a impulsé d’être à la avant garde d’activisme. Rugara est parmi les douzaines des voix infatigables et incessantes de la communauté.

Comment êtes-vous devenu défenseur de droits des travailleurs du sexe? Quelles problématiques ou personnages vous ont-inspiré?

Plusieurs facteurs m’ont conduit vers l’activisme, au premier lieu, je suis travailleur du sexe et je connais les défis dont font face les travailleurs du sexe tels que la violence et la discrimination. Mes expériences personnelles ont façonné le type d’activiste que je suis à présent. Je crois qu’il faut que je parle de la part de ceux qui ne peuvent parler ainsi que de ma propre part. Deuxièmement, je crois que tout le monde doit réjouir les droits humains y compris les travailleurs du sexe.

L’autre raison principale pour laquelle je suis devenu activiste est l’esprit combatif et le courage des autres au sien du mouvement. Je voulais faire partie du travail remarquable qu’ils menaient à l’égard du plaidoyer en faveur des droits des travailleurs du sexe. Leur passion et énergie demeure une grande motivation pour moi. Je suis motivé et inspiré par la campagne de la décriminalisation du travail du sexe et de faire en sorte que les travailleurs du sexe peuvent accéder aux services sans discrimination ni stigmatisation.

Dans quels pays et /régions consacrez-vous la mobilisation du soutien afin d’effectuer le travail que vous menez?

Nous sommes présents en Afrique du Sud.

 Avec quelles organisations collaborez-vous actuellement? et dans quels domaines prioritaires?

Nous collaborons avec plusieurs organisations telle que ; Sonke Gender Justice, Women’s Legal Centre, Sweat Legal Clinic, Triangle Project

Desmond Tutu Foundation, Sweat helpline, Health4man, Gender Dynamics, South African Police, Legal Resources Centre et Asijiki parmi d’autres. Nos domaines prioritaires sont ; les droits des travailleurs du sexe et des femmes, le développement social et les questions juridiques y compris la lutte en faveur de la décriminalisation du travail du sexe en Afrique du sud.

Veuillez approfondir et préciser le travail/activisme que vous menez?        

J’ai quitté Zimbabwe en 2007, mon pays natal, en tant que migrant la vie n’était pas si facile, j’ai fait face à de nombreux défis. Je suis un homme gai et je suis devenu travailleurs du sexe une fois en Afrique du sud. Etant migrant et travailleurs du sexe j’étais confronté par plusieurs obstacles. Ceci m’a conduit d’agir et vouloir changer la situation. C’est la raison pour laquelle je suis passionné de respect des droits humains de la population clé. Je crois qu’il faut être à l’avant-garde afin d’apporter le changement que je souhaite voir. En tant que activiste je suis conscient des défis et la stigmatisation dont font face les travailleurs du sexe.

L’une de mes préoccupations est le fait que les travailleurs du sexe (masculin) et travailleurs du sexe transgenre sont quasiment invisibles au sein des structures de plaidoyer et ils sont souvent noyés par la population élargie des personnes vivant avec le VIH, et les problématiques qui les touchent sont négligées. En outre de la stigmatisation dont ils font l’objet ils sont confrontés des questions juridiques.

J’ai entamé mon activisme chez SWEAT Sex Worker Education and Advocacy Task Force où j’y suis resté pendant trois années. Par ailleurs, j’ai intégré SISONKE, il y a deux ans.

Actuellement je suis le coordinateur provincial chez SISONKE. J’ai eu à collaborer avec d’autres populations clés, comme les utilisateurs des drogues injectables. Je suis à l’aise à travailler avec eux et je comprends les nuances de double ou triple stigmatisation dont ils font face aussi que des défis de la construction du mouvement dans les environnements hostiles dans lesquels ’ils vivent. 

Quelles actions marquantes avez-vous entrepris dans le passé?

On m’a impliqué dans l’organisation de la journée internationale des droits des travailleurs du sexe, la journée internationale des travailleurs du sexe, la journée internationale de Nelson Mandela, la journée internationale de mettre en fin la violence à l’encontre des travailleurs du sexe.

D’après vous quels seront les défis principaux dont votre organisation fera face?

L’enregistrement de notre organisation a été un trajet éreintant et long. Actuellement, nous sommes enregistrés et je ne peux pas m’y imaginer un autre grand défi dans l’avenir. Toutefois pour le moment nous n’avons qu’attendre et voir comment les choses vont se développer. En ce qui concerne le plaidoyer, la collaboration avec la police afin d’éliminer le harcèlement des travailleurs du sexe et des prestataires de services, demeure un défi principal.

Dans quelle manière exécutez-vous votre activisme par ex. à travers les voies telles que les réseaux sociaux.et /ou quelle stratégies employez-vous ? Les manifestations, réseaux sociaux, législation etc.) Afin de faire connaitre votre cause?

L’une de nos stratégies en tant qu’organisation est de mener des manifestations surtout lorsque nous nous sentons que la diplomatie et l’engagement auprès du gouvernement n’aboutissent pas à grand-chose. Nous allons utiliser les medias traditionnels aussi que les nouveaux medias dans notre plaidoyer notamment lorsqu’il s’agit des campagnes sensibles. Nous menons également la sensibilisation communautaire, et l’intervention juridique en tant que dernier recours.

Quel message voudriez-vous livrer aux travailleurs du sexe? ou à ceux à l’extérieur du mouvement?

Oui, les travailleurs du sexe doivent mutualiser leurs efforts et apprendre de partager l’information et les ressources entre eux, ceci est un atout primordial pour l’activisme. Le mouvement doit s’exprimer d’une voix commune afin d’être entendu. Pour ceux à l’extérieur du mouvement, nous avons besoin de votre soutien. Il nous faut des alliés et amis qui peuvent nous accompagner et défendre notre cause et s’efforcer en faveur du respect des droits des travailleurs du sexe et de lutter pour la mise en fin de la criminalisation du travail du sexe.

Quel est votre le plus grand souhait ?

Je souhaiterai voir une Afrique du sud où le travail du sexe est reconnu et où la santé des travailleurs du sexe et leurs droits humains sont garantis.

Recueilli par ASWA

LEAVE A REPLY