A coffee date inspired Zimbabwe’s Charmaine to the frontline of activism

0
694

One morning six years ago, Charmaine Rietumetsi Dube joined her friend at their favourite café for their usual girl talk. However, her last sip, marked the beginning of a new call that thrust her at the heart of the sex workers movement in her home town and eventually the country

How and when did you become involved with sex worker rights activism? What issues or people inspired you?

A coffee date with a friend inspired me to become an activist. I have been involved in activism since 2012. We discussed various issues facing sex workers such as violence and lack of a strong voice to advocate for their rights.

As I talked to my friend, it hit me that instead of sitting around moaning about injustices facing sex workers in hometown, I should be more pro-active and an agent of the change I wanted to see in the society. From that moment, I vowed to be on the frontline.

Coincidentally, on the same day, I was voted to join the sex workers advisory panel of the Sexual Rights Centre, which is a national human rights organisation based in Bulawayo, Zimbabwe. It promotes and encourages openness and tolerance to address stigma and discrimination affecting vulnerable and marginalised persons.

I became a community outreach member in Bulawayo and neighbouring areas effectively leading me into the activism path.

Part of my work included talking with sex workers to find out the challenges they were facing and reporting back to the Centre’s secretariat. In return, the organisation would look for ways to address the issues through various projects and activities.

This was a volunteer position, but I did not mind since it gave me an opportunity to learn and also acquire leadership and community mobilisation skills. This experience helped me start Pow Wow, a sex workers organisation based in Bulayo.

What keeps you going in your activism work?

I am a sex worker and I know first hand the challenges facing the community. Thus, I fight for my rights and those of fellow sex workers. The belief that my activism is not in vain keeps my fire burning.

Which countries and/or regions are you focused on in terms of mobilising support for the work that you do?

Pow Wow works with sex workers in Bulawayo and countrywide. We also collaborate with organisations outside Zimbabwe because we believe in sharing best practices. We also use regional and international forums to strengthen the capacity of the organisation.

At the moment, we are hosted at Sexual Rights Centre in Bulawayo, which we also work closely with. We are members of the Zimbabwe Sex Workers Association, African Sex Workers Alliance (ASWA), which has played a key role in capacity building for our members and the Global Organisation for Sex Workers (NSWP). In the southern Africa region, we work closely with Sex Workers Education & Advocacy Taskforce (SWEAT).

What were the biggest events or challenges you have worked on in the past?

In Zimbabwe, sex workers and other marginalised persons are extremely vulnerable to violence, stigma and abuse.

To highlight these issues, we planned a march that was sadly banned. In 2015, the Police Commissioner of Bulawayo through orders obtained from the High Court of Zimbabwe refused to grant Pow Wow and SRC a permit to hold a march to observe the International Day to End Violence against Sex Workers, which takes place annually on 17 December.  They said that our march was in violation of the country’s law since sex work is illegal. However, we filed a case challenging the decision at the Constitutional Court.

I am happy to report that in November this year, the Supreme Court of Zimbabwe over tuned the decision to bar sex workers from holding a peaceful procession. This is a major victory in our advocacy and clear message that sex workers also have rights that should be respected.

The other biggest triumph for Pow Wow is the fact that we are officially registered. We are now a legal entity, which this gives our work more credibility.

What do you think will be the biggest challenges for your organisation/sex workers in your country in the future?

Violence and discrimination especially by the State remains a big problem. This leaves sex workers vulnerable to violence by the society.

What is the current situation in your country in regards to sex work? What changes would you like to see?

We would like to see change in policies and laws that criminalise sex work. We want an environment where we are not discriminated against or subjected to stigma.

Do you have one message for the sex worker rights movement or one message for people outside of the movement?

My message to sex workers movements is; change begins with us, let stand together and continue the fight. Aluta Continua!

To those outside the movement, I would like to tell them that there is power in numbers, and every one voice matters. They should join the call for decriminalisation of sex work because human rights are universal.

How do you carry out your activism e.g. what forms of social media and/or strategies do you use? (protests, social media, legislation, e.t.c.) to further the cause you advocate for?

We use Facebook, Whatsup, media monitoring, peer-to-peer forums and campaigns.

************************************************************************

Français

Un rendez-vous autour de café a inspiré la Zimbabwéenne Charmaine de se mettre à l’avant-garde de l’activisme.

Un bon matin. Il y a six ans, Charmaine Rietumetsi Dube a rejoint son meilleur ami chez son restaurant favori pour des discussions générales entre femmes, sa dernière égorgée de café a vu naître sa passion de s’engager au sien du mouvement local des travailleurs du sexe et ensuite dans l’ensemble du pays.

Comment êtes-vous devenu défenseur de droits des travailleurs du sexe? Quelles problématiques ou personnages vous ont-inspiré?

Apres un rendez-vous autour du café, un amis à moi m’a inspiré de devenir activiste. Je me suis engagée depuis 2012. Nous avons abordé plusieurs problématiques qui touchent les travailleurs du sexe parmi lesquels le manque d’une voix forte pour plaider en faveur des droits des travailleurs du sexe. Au cours de ces échanges j’ai ressenti en moi la volonté d’agir et de ne pas rester bras croisées faces aux injustices auxquelles les travailleurs du sexe dans ma ville natale se sont confrontés, j’ai voulu devenir un agent de changement et d’être plus proactif afin de garantir une meilleure communauté. Depuis lors j’ai juré d’être à l’avant-garde.

Par coïncidence, le même jour, on m’a nommé d’intégrer le panel consultatif des travailleurs du sexe au sien du Sexual Rights Centre (Centre des Droits Sexuels), il s’agit d’une organisation défenseuse des droits de l’homme basée à Bulawayo, au Zimbabwe. Elle se tâche de promouvoir, et encourager la transparence et la tolérance lorsqu’on aborde la stigmatisation et la discrimination touchant les personnes les plus vulnérables et marginalisées.

Je suis devenue intervenante communautaire de sensibilisation chargée de zone de Bulawayo ainsi que ses alentours, cette opportunité m’a orienté vers le chemin d’activisme.

Mon travail constituait d’entretenir des travailleurs du sexe dans le but se renseigner des enjeux dont ils font face et l’en signaler au secrétariat du centre, au retour le centre proposerait des solutions éventuelles à ces problématiques sur le biais des projets divers et activités.

Il s’agissait d’un poste bénévole, pourtant ceci m’accordé une opportunité d’apprendre et acquérir des compétences en matière de leadership et de mobilisation communautaire. Cette expérience m’a était utile à créer l’organisation Pow Wow, une organisation des travailleurs du sexe basée à Bulawayo.

Que-ce que vous donne la motivation de continuer mener l’activisme?

Je suis travailleuse du sexe et je connais par expérience directe les défis dont fait face la communauté. Je me bats pour revendiquer mes droits ainsi que ceux de mes collègues. La conviction que mon travail d’activisme ne pas en vaine m’inspire de ne pas relâcher.

Dans quels pays et /régions consacrez-vous la mobilisation du soutien afin d’effectuer le travail que vous menez?

L’organisation Pow Pow participe les travailleurs du sexe à Bulawayo et dans l’ensemble du pays. Nous collaborons avec des organisations au dehors de Zimbabwe parce que nous croyons qu’il faut se partager les meilleures pratiques. Nous nous servons des forums internationaux aussi que régionaux pour renforcer la capacité de l’organisation.

Actuellement, nous sommes hébergés chez le Sexual Rights Centre à Bulawayo, avec lequel nous travaillons en étroite collaboration. Nous faisons partie de Zimbabwe Sex Workers Association, African Sex Workers Alliance (ASWA). Cette dernière a joué un rôle principal dans le renforcement de capacité de nos membres ainsi que le réseau mondial pour les projets de travail du sexe. (NSWP) au sein de la région d’Afrique australe nous collaborons avec Sex Workers Education & Advocacy Taskforce SWEAT (le Groupe Spécial des Travailleurs du Sex pour l’Education et le Plaidoyer) 

Quelles actions marquantes avez-vous mené dans le passé?

Au Zimbabwe les travailleurs du sexe autant que d’autres personnes marginalisées sont vulnérables face à la violence et la stigmatisation.

Afin de lever la conscience sur ces problématiques, nous avions prévu une marche qui a été interdit. En 2015 le commissariat de la police de Bulawayo agissant sur le décret de la haute cour, a refusé d’autoriser Pow Wow et SRC de tenir une marche pacifique en vue de célébrer la journée internationale pour mettre fin à la violence à l’encontre des travailleurs du sexe, en revanche nous avons porté plainte pour contester le décret devant la cour constitutionnelle.

Je suis heureuse de vous annoncer qu’en novembre cette année, la cour suprême de Zimbabwe a annulé le verdict qui empêchait les travailleurs du sexe de tenir une marche pacifique. Cette grande victoire était une étape importante à l’égard de notre travail de plaidoyer, en envoyant le message fort que les travailleurs du sexe disposent de droits qui méritent d’être respecter.

D’après vous quels seront les défis principaux dont votre organisation fera/les travailleurs du sexe feront face dans l’avenir?

La violence et la discrimination provoquée par l’état demeure un grand enjeu. Ceci rend les travailleurs du sexe trop vulnérable face à la violence.

Quelle est la situation actuelle dans votre pays par rapport au travail du sexe? Quel changement souhaiterez-vous connaitre?

Nous souhaitons que les politiques et lois qui incriminent le travail du sexe changent. Il nous faut un environnement propice où nous ne sommes pas soumis à la discrimination et la stigmatisation.

 Quel message voudriez-vous livrer aux travailleurs du sexe? Ou à ceux à l’extérieur du mouvement?

Le message que j’adresse à la communauté est celui-ci « le changement commence avec nous, restons ensemble et menons la lutte Aluta Continua!

Pour ceux à l’extérieur du mouvement, j’aimerais leur dire que l’union faire la force, et chaque voix compte. Ils doivent tous nous rejoindre à cet appel de la décriminalisation de travail du sexe parce que les droits humains sont universels.

Dans quelle manière exécutez-vous votre activisme par ex. à travers les voies telles que les réseaux sociaux.et /ou quelle stratégies employez-vous ? Les manifestations, réseaux sociaux, législation etc.) Afin de faire connaitre votre cause?

Nous nous servons des réseaux sociaux tels que Facebook, WhatsApp, nous menons également le suivi de media, des forums de media et les campagnes.

 

 

 

 

 

LEAVE A REPLY