Pushing Namibians talk about something they would rather not


As often is the case in countries in Africa, sex workers face gross violations of their human rights. Rachel Gawases, is forcing a country to see the humanness of sex workers. She is the executive director of the Namibian Sex Worker’s Rights Organisation, Voice of Hope Trust.

How did you become involved with sex worker rights activism? What issues or people inspired you?

As a sex worker, I interacted with human rights defenders across the globe during workshops and conferences. These interactions made me realise that sex workers everywhere were facing the same problems especially because of the oppressive laws in their countries. Before then, I had little knowledge on my rights and movement building.

Thankfully, trainings and workshops gave me the push I needed to become an activist. In addition, testimonies of activists from other countries and the work they were doing to ensure sex workers enjoy their human rights also inspired me. There are many activists I look up to in Africa and they keep me going through their encouraging words and actions.

In my line of work, I learn everyday and one of the biggest boosts for me was when I volunteered for a project on Social and Behavior Change Communication with sex workers. That was the moment I realised sex workers in Namibia needed a voice and a platform to fight for their rights and ensure there is justice for those who are violated. The project made me realise that I am human first before I am a sex worker. Consequently, my rights are as important as those of others.

Which countries and/or regions are you focused on in terms of mobilising support for the work that you do?

I focus on my country Namibia.

What organisations are you currently involved in and what are the priority areas that these organisations work in?

Some of our areas of priority include access to health services and working the police to stop brutality meted on sex workers. We have organisations and individuals that work in solidarity with sex workers organisations. Some of them include, Linda Baumann the previous Director of Out-Right Namibia, Felicita Hikuam the Deputy Director of ARASA, Nikodemus Aoxamub, aka Mama Africa of Rights Not Rescue Trust of Namibia, Gabes Augustus from Legal Assistance Centre and the late Johan Gamtham, the Project officer for Erongo Regional Society for Family Health and Lavinia Shikongo, the previous country director of the same organisation.

I tap into their knowledge and how they work to ensure they objectively address sex workers issues and needs.

Tell us a bit about your activism/work specifically?

At the moment, sex workers in Namibia face a lot of challenges raging from harassment and violence from law enforcers to lack of access to vital health services. For these reasons, I focus on working with the police, who are the main abusers and family members. The police are a key partners because how they handle sex workers determines a lot how programmes such as those on HIV and STI prevention work.

This is because sometimes they confiscate condoms and lubricants making it hard for sex workers to protect themselves. The other key partners are health facilities because due to discrimination and stigma sex workers are unable to access services. I am also very vocal on abuse perpetrated by the society in general, family and friends. I ensure that sex workers know and understand their human rights.

Working with influential partners has made my work easy. I see the need for change and devote my time to do something about it. My work as an activist is driven by passion and a vision for better future for sex workers in Namibia.

The work I have done so far as an activist is not quantifiable. However one of the most memorable was a meeting with Namibia’s Parliamentary Standing Committee where I discussed issues concerning sex workers. I made it clear that the committee should table our recommendations to Parliament for deliberations. I am not afraid of confronting the government and other oppressors. For example, whenever, politicians or government officials make statements that seem to incite violence against sex workers, I make my stand known.

What were the biggest events or challenges you have worked on in the past?

The biggest challenge so far is the arrest of 46 sex workers in April last year. It was a tough situation. This caused fear among the community and as leaders, we had to act swiftly to ensure that the crackdown did not extend to all sex workers. The arrests were based on the Municipal Loitering Act in the country.

As expected, the police hardball and they did not want to give us information regarding where the women were locked up or if those who needed medication had access. Some members of the public got wind of the arrests and almost blocked our efforts because sex work is not legal in Namibia. After hours of back and forth, the women were released. This attracted media attention and we seized the opportunity to raise awareness on the inhumane treatment sex workers face everyday especially in the hands of the police.

The arrests also prompted us to do a shadow report to the Committee Against Torture.

What do you think will be the biggest challenges for your organisation/sex workers in your country in the future?

Decriminalisation of sex work, as many Namibians feel, if it is made legal in the country, young girls will be exploited to engage in sex work. Also having laws that protect, promote and fulfill the rights of sex workers that every Namibian is entitled according The Namibian Constitution as the Supreme Law of the Country.

Do you have one message for the sex worker rights movement? Or one message for people outside of the movement?

Human rights are the basic rights and freedoms to which all humans are entitled to: the right to life, liberty, freedom of thought and expression, and equal treatment before the law, among others.

Such rights are ascribed “naturally,” which means that they are not earned and cannot be denied on the basis of race, creed, ethnicity or gender. These rights are often advanced as legal rights and protected by law.

While human rights are not always interpreted similarly across societies, these norms nonetheless form a common human rights vocabulary in which the claims of various cultures can be articulated. The widespread ratification of international human rights agreements such as those listed above is taken as evidence that these are widely shared values.

Having human rights norms in place imposes certain requirements on governments and legitimises the complaints of individuals in those cases where fundamental rights and freedoms are not respected.

How do you carry out your activism e.g. what forms of social media and/or strategies do you use? (protests, social media, legislation, etc.) To further the cause you advocate for?

I work closely with Professor Chi Adanna Mgbako, a Professor of Law and Director of the Walter Leitner International Human Rights Clinic in the Leitner Centre for International Law and Justice at Fordham Law School to submit shadow reports if Namibia is due for review by a specific csommittee.

Mainly, I use Facebook, print and visual media. I also part take in all sensitisation programs that are conducted by partners organisations with law enforcers as well as health care workers to raise awareness of sex workers needs etc.

Profile by ASWA

Exhorter les namibiens de s’exprimer sur un sujet tabou

Comme c’est toujours le cas dans la plupart des pays africains, les travailleurs du sexe font face à des cas grave de violations de droits humains. Rachel Gawases s’efforcer à conduire l’état de voir les travailleurs du sexe comme d’êtres humains, elle actuellement la directrice de l’organisation Namibienne pour les Droits des Travailleurs du sexe, « Voice of Hope Trust ».

Comment êtes-vous devenu défenseur de droits des travailleurs du sexe? Quelles problématiques ou personnages vous-ont inspiré?

En tant que travailleuse du sexe, j’ai eu a interagi avec plusieurs défenseurs de droits de l’homme à travers le monde à l’occasion des ateliers et conférences. Lesdites interactions m’ont fait se rendre compte que les travailleurs du sexe, quelque soient leur emplacement sont confrontés aux mêmes problèmes, surtout ceux attribuables aux lois répressives en vigueur au sein de leurs pays. Auparavant je disposais d’une connaissance assez restreinte en matière des droits de l’homme et la construction du mouvement.

Heureusement, ma participation aux formations et aux ateliers, m’a suscité l’intérêt de devenir activiste, en outre les témoignages des activistes en provenance d’autres pays, les travaux qu’ils étaient en train d’effectuer m’ont inspirés. Il y a plusieurs activistes en Afrique sur lesquels je compte. Je m’inspire de leurs mots ainsi que gestes encourageants.

Dans l’exécution de mon travail au quotidien, j’apprends beaucoup de choses et l’un des atouts qui m’a conduit de consolider des acquis était le travail bénévole qui j’ai effectué lorsque j’ai intégré le projet de communication de changement comportemental et social destiné aux travailleurs du sexe. Un moment donné je me suis rendu compte que les travailleurs du sexe en Namibie avaient besoin d’une voix commune et d’une plateforme à travers laquelle ils peuvent revendiquer leurs droits humains et de garantir la justice pour les victimes de bouffage de droits. Le projet m’a permis de faire un constant important, que je suis être humain tout d’abord avant que je sois travailleurs du sexe. Par conséquence, mes droits sont aussi importants que ceux d’autres.

Dans quels pays et /régions consacrez-vous la mobilisation du soutien afin d’effectuer le travail que vous menez?

Pour le moment je me concentre sur mon pays la Namibie

Avec quelles organisations collaborez-vous actuellement? et dans quels domaines prioritaires?

Les domaines prioritaires d’intervention comprennent: les services de santé, la collaboration avec la police en vue de mettre fin à la brutalité à l’encontre des travailleurs du sexe.il y a des organisations aussi que des individus qui œuvrent au tour de cette thématique, à savior Linda Baumann l’ancien directeur d’ « Out-Right Namibia », Felicita Hikuam la Directrice adjointe d’ARASA, Nikodemus Aoxamub, autrement connu sur l’appellation « Mama Africa » de l’organisation Rights Not Rescue Trust de Namibie, Gabes Augustus de Legal Assistance Centre et le défunt Johan Gamtham, le responsable de programme chez Erongo Regional Society for Family Health et Lavinia Shikongo l’ancient directeur de la même organisation .

Je tire parti de leur connaissance et de leur manière d’exécuter du travail afin de garantir que je reste fidèle à l’objectif d’aborder les préoccupations et subvenir aux besoins des travailleurs du sexe

Veuillez approfondir le travail/activisme que vous menez?

Actuellement, les travailleurs du sexe en Namibie font face à une gamme de défis qui comprend : le harcèlement, la violence de la part de responsables de la mise en application des lois, le manque d’accès au service vitaux. A la lumière de ces raisons, je focalise mon travail de la collaboration avec la police, dont la dernière est l’auteur principal des abus à ‘l’encontre des travailleurs du sexe aussi que leurs membres de famille. La police est un partenaire principal parce que la réussite du programme de la prévention de VIH et les IST dépend en grand parti de la manière dont la police elle traite les travailleurs du sexe.

Ceci est attribuable au fait que souvent la police confisque les préservatifs et les lubrifiants, une action qui entrave les efforts des travailleurs du sexe de se protéger Les autres partenaires principaux sont des structures de santé, vu que du fait d’une forte discrimination et la stigmatisation, les travailleurs du sexe ne peuvent pas accéder aux services de santé facilement. Je me l’accent afin de faire connaitre cette question d’abus fait par la société générale, par des membres de famille et des amis. Je veux m’assurer que les travailleurs du sexe soient conscients de leurs droits humains.

La collaboration avec les partenaires influents rend mon tâche assez facile. Je constante le besoin du changement, et d’engager mon temps de réagir. Mon travail en tant que activiste est orienté par la passion et une vision d’une meilleure vie pour les travailleurs du sexe en Namibie dans l’avenir.

Le travail que j’ai pu réaliser depuis que me lance dans l’activiste est immesurable, toutefois l’un des moments le plus mémorable qui m’a marquait, était l’exchange avec les législateurs qui sont les membres du comité permanent de l’assemble nationale de Namibie, lors de cette réunion j’ai mis en exergue les problématiques des travailleurs du sexe. Je me suis prononcé avec clarté en les préconisant de faire remonter nos recommandations devant l’assemblée nationale pour qu’elles soient débattus.

Je n’ai plus peur d’exprimer face à nos oppresseurs ni au gouvernement. Par exemple lorsque les hommes politiques ou les responsable gouvernementaux prononcent des propos inflammatoires, incitant à la violence à l’encontre des travailleurs du sexe. Je les faire connaitre ma position par rapport à cette affaire.

Quelle action marquante avez-vous entreprise dans le passé ou quel défi majeur avez-vous fait face. ?

Le défi principal jusque à présent a été l’arrestation de 46 travailleurs du sexe qui est survenu en avril l’année passée. Ceci était un moment dur. Cette situation a fait régner la peur au sein de la communauté et en tant dirigeants, on a du réagi dans l’urgence afin de garantir que la répression n’atteint pas tous les travailleur du sexe. Les arrestations ont été faites sous le prétexte de ‘infraction de la loi d’itinérance par les autorités locales

Comme d’habitude la police n’était disposée à nous faire part de l’information à l’égard de lieu de la garde à vue de ces femmes, ni de nous faire savoir s’il y en avait celles qui avaient besoin de médicament et si elles pourraient en accéder. Certains membres du public qui ont entendu parler de cette affaire ont perturbé nos affaires en citant que le travail du sexe n’était pas autorisé en Namibie. Après quelques temps des exchanges de va-et-vient, les femmes ont été libérées. Cela a attiré l’attention des médias et on a profité de l’occasion de faire la sensibilisation à propos des traitements malsains et brutaux qui subissent les travailleurs du sexe au quotidien notamment sur les mains de la police.

Ces cas d’arrestation nous ont propulsé d’élaborer un rapport alternatif à soumettre au Comité de la Lutte contre la Torture.

D’après-vous quels enjeux se confronteraient vos organisations ou les travailleurs du sexe au sein de votre pays dans l’avenir ?
La décriminalisation du travail du sexe. La plupart de Namibiens pense que si le travail du sexe est rendu légal dans le pays, les jeunes filles risquent d’être exploiter et d’exhorter d’intégrer la profession. Il faut aussi mettre en place d’une législation qui protège, satisfait et assure la jouissance des droits des travailleurs du sexe dont chaque namibiens dont devrait bénéficier en conformité avec la constitution de Namibie, la loi suprême du pays.  

Quel message voudriez-vous livrer aux travailleurs du sexe? Ou à ceux à l’extérieur du mouvement?

Les droits humains comprennent les doits fondamentaux, les libertés dont tous êtres humains devraient réjouir à savoir, droit à la vie, libre pensée, libre expression et d’un traitement égalitaire devant la loi, parmi d’autres

Ces droits sont imputables “naturellement”, ça veut dire, qu’ils ne se méritent pas, et on ne peut pas les priver à personne sur la base de leur race, croyance, ethnicité ni genre. Ces droits sont souvent faits avancer en tant que droits juridique et protégé par la loi.

Tandis que les droits de l’homme ne sont pas souvent traduits de la même façon à travers des sociétés différentes, néanmoins ils constituent des vocabulaires communs de droits de l’homme à travers lesquels les différentes cultures peuvent se faire articulées. La ratification répandue des conventions internationales en matière de droits de l’homme telles que celles dressée ci-dessus font preuve qu’elles sont des valeurs partagées à grand ampleur.

Les normes de droits humains obligent certaines exigences auprès des gouvernements et justifient de plaintes déposées par des individus dont leurs droits ni leurs libertés n’ont pas été respectés.

Dans quelle manière exécutez-vous votre activisme par ex. à travers les voies telles que les réseaux sociaux.et /ou quelle stratégies employez-vous ? Les manifestations, réseaux sociaux, législation etc.) Afin de faire connaitre votre cause ?

J’ai eu à travailler étroitement avec le professeur Chi Adanna Mgbako, spécialiste en matière de droits et directeur de Walter Leitner International Human Rights Clinic au sien d’école de droit de Leitner Centre for International Law and Justice at Fordham dans le but de soumettre les rapports alternatifs au cas où la Namibie aurait besoin de réexamen par le comité spécial.

Je me sers des plateformes en ligne telles que Facebook, des médias visuels aussi que la presse écrite.

Je participe à tous les programmes de sensibilisation menés par les organisations partenaires de la mise en application de la lois aussi que les agent de sante a vocation de créer une prise de conscience sur les besoins de travailleurs du sexe etc.

Recueilli par ASWA