The second episode of ‘Neko Weyogerere,’ the bi-monthly talk show by sex workers in Uganda is out

0
582

The second episode of a radio show by Ugandan sex workers is out.

The talk show highlights their work, and pass key messaging around HIV, and human rights.

The show known as ‘NEKO WEYOGERERE’ (Sex workers speak out) is a bi-monthly, and seeks to give sex workers a forum where they can express themselves openly. The show features guests speaking on a range of issues. Most of the show is also done in local language meaning there will be a large audience reached. 

In Uganda, sex work is criminalised and attracts punitive jail sentences. Consequently, sex workers often face gross violation of their human rights and constant harassment by police. Some of the topics for discussion will include violation of their human rights, access to health and condoms, social and economic empowerment.

The talk show has been hailed as a huge milestone in advocacy because of the hostile ground sex workers in Uganda work under.

The talk show is the brainchild of African Sex Workers Alliance (ASWA) member organisation, Women’s Organisation Network for Human Rights Advocacy ((WONETHA) – and Kuchu Times, an LGBTI media platform in Uganda.

Formed in 2008, Wonetha has been instrumental in advocating for rights of sex workers in Uganda to address rampant discrimination in health care systems, social stigma and speaking against punitive and restrictive legislation and policies that encourage violations of sex workers rights.

“This is a huge milestone because Kuchu Times is viewed worldwide and we are sure that our message has a wide audience locally and internationally,” says Daisy Nakato, the Executive Director of WONETHA.

She says although sex work is criminalised, the ground is shifting in terms of acceptance and perceptions even within government institutions.

On if she is afraid of a crackdown by government, Daisy says:

“We are not afraid of the government because if we don’t speak for ourselves no one will. If we continue keeping quiet we will never have the change we want to see. To achieve the change we want to see, some of us have to take a risk on behalf of others.”

Supporting this initiative, ASWA’s Programmes Manager, Denis Nzioka, while congratulating WONETHA, remarked that using radio as an advocacy platform was crucial in reaching rural populations.

“By using local language in this show, WONETHA will be able to connect with traditional, and rural populations who use radio as their main form of communication. Furthermore, the sustained conversations that this show generates will create awareness around sex work issues in Uganda. Its something to be celebrated.”

Pictures and video courtesy of Kuchu Times, Uganda

 

Les travailleurs du sexe ougandais dominent les ondes de la radio avec leur émission radiophonique

Le deuxième épisode de l’émission radiographique animé par les travailleurs du sexe ougandais est désormais lancé

L’émission met en évidence leur travail et faire véhiculer leur message de la lutte contre le VIH et le respect des droits humains.

L’émission dénommé NEKO WEYOGERERE’ (les travailleurs du sexe prennent la parole) est diffusée bimensuellement et cherche à accorder une plateforme aux travailleurs du sexe ou ils peuvent s’exprimer et échanger en sécurité et ouvertement. L’émission interpelle différents invités afin d‘ intervenir autour d’un éventail des problématiques. La diffusion se réalise en langues locales et par conséquent atteindrait un publique assez large 

En Ouganda le travail du sexe est criminalisé et une fois arrêté en l’exerçant on est soumis à une peine punitive de prison. Par conséquence les travailleurs du sexe font l’objet des violations graves des droits humains et font face à des harcèlements en permanence occasionnés par les forces de l’ordre. Entres autres les problématiques abordées comprennent, le bafouage des droits humains, l’accès aux services de soins et santé, l’accès aux préservatifs, l’autonomisation économique et sociale.

L’Episode inaugural fut déjà diffusé et a fait preuves des retours et impressions positives émanant des travailleurs du sexe et des militants.

Cette émission s’impose en tant qu’un jalon important sur le plan du plaidoyer étant donné le contexte défavorable dans lequel les travailleurs du sexe ougandais se retrouvent à exercer leur métier.

Cette émission est une invention de l’association Women’s Organisation Network for Human Rights Advocacy Réseau des Organisations des Femmes pour le Plaidoyer en faveur des Droits Humains ((WONETHA) et Kuchu Times une plateforme médiatique des questions LGBTI en Ouganda. Ces dites associations sont des membres de Alliance des Travailleurs du Sexe Africains (ASWA).

Créé en 2008 WONETHA, a joué un rôle indispensable de prôner le respect des droits humains des travailleurs du sexe en Ouganda en s’efforçant de relever des cas courants de la discrimination au sien des structures et systèmes de santé, et de freiner la stigmatisation sociale et de prendre la paroles contre les législations et politiques punitives et restrictives qui encouragent la violation des droits humains des travailleurs du sexe.

«Il s’agit d’une étape importante parce que le Kuchu Times est désormais disponible  aux lecteurs au niveau mondial, nous sommes convaincus que notre message peut atteindre un publique internationale aussi que domestique  » dit Daisy Nakato, la directrice exécutive de WONETHA.

Malgré le fait que le travail du sexe soit criminalisé, l’environnement est en plein mutation à l’égard de l’acceptation et la perception accordé au travail du sexe au sien des établissements étatiques.

Demandé si elle craignait une répression gouvernementale, elle a répondu comme suit  « Nous n’avons pas peur de l’état parce que si nous ne prenons pas la parole personne ne va le faire à notre place, si nous restons silencieux nous ne pouvons jamais parvenir au changement que nous envisageons, afin de réaliser ce changement que nous souhaitons, certains entre nous doivent s’exposer au risque de la part des autres »

Le directeur des programmes au sien d’ASWA, Denis Nzioka a félicité cette initiative de WONETHA et il a souligné que la radio est un outil de plaidoyer efficace pour atteindre les populations.

« Sur la biais de langues locales lors de l’émission, WONETHA se permet d’atteindre les populations dans les milieux ruraux qui se servent de la radio comme principal moyen de communication. Par ailleurs ces conversations lève une conscience accrue par rapport au travail du sexe. Cette initiative mérite des louanges »

Photos et vidéo avec la permission de Kuchu Times, Ouganda

LEAVE A REPLY

one × four =