Statement on International Day to End Violence Against Sex Workers

0
3013

December, 17, 2017 marks the 14th annual International Day to End Violence Against Sex Workers.

For fourteen years, sex workers around the world have used this day to highlight the need for action to end violence against sex workers. The issues faced by sex workers often vary from region to region, due to different laws, social and cultural contexts, but one common issue faced by all sex workers is their vulnerability to and experience of violence.

Sex workers around the world are vulnerable to violence because of the criminalisation and legal oppression of sex work, compounded by stigma and discrimination. This vulnerability to violence is increased for sex workers living with HIV, sex workers who use drugs, transgender sex workers, migrant sex workers, and sex workers that are part of other marginalised groups.

2017 has seen continued infringements on sex workers’ rights around the world, leading to greater incidence of violence.

Denis Nzioka from African Sex Workers Alliance, said: “In 2017 we have seen the shrinking of democratic spaces for sex workers to organise, which is a cause for concern. In March 2017 the Tanzanian government arrested 500 suspected sex workers, and sex worker groups in the country continue to face harassment from the authorities.”

In July, 44 Ugandan sex workers were arrested at a crisis meeting organised in response to a series of brutal murders across the country, where at least 21 women were killed. The group met to discuss repatriating the body of their colleague, and were charged with public nuisance violations – facing 3 months in prison.

Denis said: “The ongoing criminalisation of sex work and lack of democratic space for sex workers’ activism in Uganda has impeded sex workers’ access to justice in the face of violence against them.”

The Sex Workers’ Rights Advocacy Network (SWAN), the regional network of sex work organisations in Central and Eastern Europe and Central Asia (CEECA), said: “Year after year, SWAN’s statement and demands on 17th December remain the same: deeply entrenched stigma, discrimination and criminalisation of sex workers fuel violence against sex workers in the CEECA region. We demand legal environments that will enable sex workers to live and work free from violence.”

“In 2016, a law on criminalising clients was introduced in Serbia. Since then, sex workers find it impossible to work in Serbia and are leaving the country, and those still working in Serbia are at heightened risk of violence. In Ukraine, international organisations include sex workers in their strategic planning, and ask that governments include representatives of key groups in HIV programming. These are steps in the right direction in terms of meaningful involvement of sex workers, but there are still punitive laws against us. Until they recognise us as equal members of society, we will not make progress in stopping either HIV or violence against us”, said Nata Isaeva from Legalife-Ukraine.

In France, sex workers continue to challenge the criminalisation of third parties, which was signed into law in April 2016.  To mark 17th December, ICRSE has released a statement and launched a social media campaign to draw attention to the impact of the law.

The ‘Nordic Model’, where clients of sex workers are criminalised, was also introduced in the Republic of Ireland earlier this year, and has seen an immediate adverse effect on sex workers there. Sex Workers Alliance Ireland (SWAI) said: “Ireland saw an immediate spike in violence against groups of marginalised workers after the criminalisation of clients was instated. SWAI held emergency safety meetings, connected victims to each other and encouraged reporting to our liaison. As a result, 3 of the 4 serial attackers were apprehended. Yet one of the victims has said he regrets reporting, because as a result he lost his apartment. Housing is increasingly one of the biggest issues for workers; there is often no legal avenue for renting, and this reality is exploited by unscrupulous landlords.”

Laws criminalising sex work continue to be a concern for sex workers in Latin America. In Colombia politicians have begun campaigning for a Bill to criminalise sex workers’ clients, which sex workers have long said will increase the risk of violence against them. In the majority of Latin American countries sex work is criminalised, in many contexts, and this translates into direct harassment, extortion and abuse of sex workers by the police.

“In Latin America, the rights of trans women who sell sex are being violated, and this is even more for those who are living with HIV – there are very few health services for them. The criminalisation of HIV is another factor that criminalises sex work in Latin American, as many decision makers are not really informed about sexual and reproductive health rights.” Said Ana Karen Lopez Quintana from Tamaulipas Diversidad VIHDA Trans, part of PLAPERTS.

Trans sex workers are yet more vulnerable to violence due to stigma and discrimination against them.

“This is not a thing of recent years. Trans women have always faced high levels of violence for being who we are. Sex work should not be a reason to be arrested and beaten by the police and humiliated in public. We call for the decriminalisation of sex work and for sex workers to be empowered and supported to access comprehensive health services across the region.” Said Ana Karen.

The ‘raid and rescue’ approach to regulating sex work continues to concern sex work groups. At the beginning of the year, NSWP reported on a series of raids in Jakarta, Indonesia, where 125 sex workers were arrested, in Beijing, China, where more than 300 people were detained, in Hanoi, Vietnam, where authorities planned their ‘biggest ever crackdown’ on sex work to meet their quota.

In February, a sex worker was killed during a raid in Cambodia, leading to calls for systematic change, accountability and justice. In November, a sex worker fell to her death during a police raid on an apartment building in New York. By continuing to adopt a ‘raid and rescue’ approach, law enforcement exacerbates the harm already faced by sex workers where their work is criminalised.

“Sex workers continue to face violence at the hands of law enforcement and policy makers, through ongoing ‘raid and rescue’ approaches, criminalisation of our workplaces and mass arrests and deportations. We call on governments and policy-makers to refocus their attention on sex workers’ rights in order to make progress on violence against us”, said Kay Thi, Asia Pacific Network of Sex Workers (APNSW) and President of NSWP.

The UN Committee on Economic, Social and Cultural Rights (CESCR) recommended the decriminalisation of sex work in Russia’s sixth periodic review in October.

The Committee also recently criticised the ‘unintended consequences’ of the ‘end demand’ model in a recent country review of Norway, particularly “the higher risk for the personal safety and physical integrity of women in prostitution as reflected in the low reporting rate of physical and sexual violence, exploitation and harassment”.

NSWP coordinated the submission of shadow reports from Kenya, Singapore and Russia to the 68th CEDAW session, and hosted a thematic briefing for CEDAW committee members on the Impact of ‘end demand’ legislation on Women Sex Workers. Tackling violence against sex workers was identified as a priority for all countries.

The ‘Nordic model’ has been shown to increase sex workers’ risk of violence and vulnerability to HIV, and hinder sex workers’ access to services and protection under the law. As sex workers we call on governments around the world to work to implement the full decriminalisation of sex work as a priority to end violence against sex workers.

NSWP demands the following actions be taken to ensure the rights of sex workers are respected:

  • An end to the criminalisation and legal oppression of sex workers, clients, and third parties
  • Equal protection from law enforcement and the criminal justice systems;
  • An end to condoms being used as evidence of sex work;
  • Equal access to rights-based health and social services for sex workers, including sexual and reproductive health.

This is a joint statement from the African Sex Workers Alliance (ASWA), Asia Pacific Network of Sex Workers (APNSW), Sex Workers’ Advocacy Network for Central and Eastern Europe and Central Asia (SWAN), International Committee on the Rights of Sex Workers in Europe (ICRSE), and La Plataforma Latinoamerica de Personas que Ejercen el Trabajo Sexual (PLAPERTS). Where no regional network exists, the statement has received the support of sub-regional and national networks.

 

La déclaration globale: le 17 décembre

Le 17 décembre, marquera la 14 éme commémoration de la journée internationale pour mettre fin à la violence faite aux travailleurs du sexe.

Pendant quatorze ans, les travailleurs du sexe à travers du monde ont saisi cette occasion pour mettre en exergue le besoin impératif de mettre fin à la violence à leur encontre. Les problématiques dont font face les travailleurs du sexe se diffèrent souvent d’une région à l’autre

Les travailleurs du sexe à travers le monde sont vulnérables à la violence induite par la criminalisation et l’oppression légale, il est encore rendu complexe par la stigmatisation et la discrimination. Cette vulnérabilité est autant accrue chez les travailleurs du sexe vivant avec le VIH, les travailleurs ; qui utilisent les drogues, transgenres, migrants, et toute autre catégorie des travailleurs du sexe marginalisés.

L’année 2017 a témoigné les cas grave de bafouages des droits des travailleurs du sexe à travers le monde. Ceci a entrainé une augmentation des incidences de violence.

« Nous faisons face une espace démocratique en pleine réduction, ou les travailleurs du sexe peuvent s’organiser et ceci constitue un élément d’inquiétude. En mars 2017 le gouvernement tanzanien a fait l’arrestation de 500 personnes soupçonnées d’être les travailleurs du sexe, les associations des travailleurs du sexe continue d’être l’objet de harcèlement fait par les autorités » a réaffirmé Denis Nzioka de l’Alliance Africaine des Travailleurs du Sexe (ASWA).

En juillet, 44 travailleurs du sexe ougandais ont été arrêtés lors d’une réunion d’urgence convoquée afin de riposter à des cas des meurtres brutaux vécus à travers le pays ou l’ensemble de 21 femmes ont été tues. Lorsque l’arrestation est survenue, les membres de l’association se réunissaient en vue de rapatrier les corps de leurs collègues, on les a inculpés de la nuisance publique, punissable d’une peine d’emprisonnement de 3 mois.

« La criminalisation des travailleurs du sexe est en cours et la diminution de l’espace démocratique pour s’atteler d’activisme en Ouganda a entravé l’accès à la justice dans les cas de violence faites à leur encontre » Denis a souligné

En France les travailleurs du sexe continuent de remettre en défi la loi qui incrimine des parties tierce, qui est entre en vigueur en avril 2016. Afin de commémorer la journée de 17 décembre. ICRSE a émis une déclaration et lancée une campagne sur les réseaux sociaux a vocation d’attirer l’attention du public sur l’impact de cette loi.

Le “Modèle Nordique” dans lequel les clients sont incriminés, a été introduit dans la République de ‘Irlande au début de cette année, ceci a entrainé des répercussions nuisibles chez les travailleurs du sexe. ‘L’Irlande a témoigné une résurgence des cas de violences à l’encontre des groupes marginalisés à la suite de cette loi qui incrimine des clients. L’Alliance Irlandaise des Travailleurs du Sexe (Sex Workers Alliance Ireland (SWAI) a convoquée une réunion de sécurité d’urgence, elle a également mis les victimes en relation avec les uns et les autres et les a encouragés de signaler les cas de violence sur le biais de notre relais. Par conséquent 3 sur les 4 agresseurs ont été arrêtés. Néanmoins l’un des victimes regrette est d’avoir dénoncé ce cas, parce qu’il lui est arrivé de perdre son appartement par conséquence. La question de logement reste au cœur des préoccupations qui touchent les travailleurs du sexe, il y a toujours une lacune juridique par rapport aux questions de location des pièces Cette réalité faire en sorte que les propriétaires en profitent pour exploiter les travailleurs du sexe » a constaté L’Alliance Irlandaise des Travailleurs du Sexe Sex Workers Alliance Ireland (SWAI)

Les lois qui incriminent le travail du sexe continuent d’être un sujet de préoccupation pour les travailleurs du sexe en Amérique latine. En Colombie les hommes/femmes politique ont lancé une campagne en faveur d’un projet de loi qui incrimine les clients des travailleurs du sexe. Les travailleurs du sexe ont dit ce projet de loi en résulterait à une croissance de risque de violence à leur encontre. Dans la plupart de pays d’Amérique latine le travail du sexe est criminalisé, dans plusieurs contextes ceci se traduit directement au harcèlement, extorsion et l’abus occasionné par la police.

« En Amérique latine, les droits des travailleurs du sexe trans femmes sont bafoués, et le cas est pire quant à ceux vivant avec le VIH, il y en très peu de structure de sante à leur service. La criminalisation de VIH est un autre facteur qui incrimine le travail du sexe en Amérique latine, parce –que la plupart de décideurs politiques ne sont pas au courant des droits sexuels et de la santé génésique » affirme Ana Karen Lopez Quintana de Tamaulipas Diversidad VIHDA Trans, qui fait partie de PLAPERTS.

Les travailleurs du sex trans genre sont plus vulnérables à la violence en raison de la stigmatisation et la discrimination à leur encontre.

« Ceci n’est pas quelque chose qui s’est produite au cours des années récentes, mais les travailleurs du sexe trans-femmes ont toujours font l’objet de la violence accrue attribuable à leur sexualité. Les travailleurs ne doivent pas être arrêtés sous le prétexte de leur occupation, d’être tabassés par la police ni d’être humilié par le public. Nous plaidons en faveur de la décriminalisation du travail du sexe, l’autonomisation et l’accompagnement des travailleurs du sexe afin qu’ils puissent accéder aux services complets de santé dans la région » a dit Ana Karen.

L’approche d’incursion et sauvetage destinée à réglementer le travail du sexe continue de gêner les associations des travailleurs du sexe. Au début de l’année, le Réseau Mondial pour les Projet sur le Travail du Sexe (NSWP) a signalé un certain nombre d’incursions à Djakarta en Indonésie, environ 125 travailleurs du sexe ont été arrêtés à Beijing en Chine, plus de 300 personnes ont été détenues à Hanoi au Vietnam. Les autorités ont prévu une répression sans précédente ciblant les travailleurs du sexe afin d’atteindre leur quota.

En février, un travailleur du sexe a été tué lors d’une incursion au Cambodge, ceci interpelle un changement systématique, la redevabilité et la justice. En novembre un travailleur du sexe est tombe à mort depuis son appartement à New York. En continuant d’adopter cette approche d’incursion et sauvetage, les responsables de la mise en application de la loi accroissent les dommages dont font face les travailleurs du sexe dans les contextes où le travail du sexe est criminalisé.

Les travailleurs du sexe continuent de faire face à la violence sur les mains des autorités et les décideurs politiques sur le biais de l’approche « d’incursion et sauvetage » en cours d’application, la criminalisation des lieux de travail et des arrestations massives aussi que les déportations. Nous exhortons les gouvernements et les décideurs politiques de réorienter leur attention sur les droits des travailleurs du sexe en vue d’avancer les initiatives destinées à mettre fin à la violence faites à notre encontre. A révélé Kay Thi, du réseau d’Asie Pacifique des Travailleurs du Sexe (Asia Pacific Network of Sex Workers APNSW) et la présidente de NSWP.

Le Comité des Nations Unies sur les Droits Economiques, Sociaux et Culturels a préconisé la décimalisation du travail du sexe lors du sixième examen périodique qui a eu lieu cet octobre en Russie.

Le comité vient de critiquer « les conséquences inattendues » du modèle « enrayer la demande » de l’examen pays récent mené en Norvège, notamment « le risque accru de la sécurité personnelle et l’intégrité physique de la femme quant au travail du sexe comme reflété dans le faible taux du rapportage des cas de violence physique, sexuelle , exploitation et harcèlement ».

Le NSWP a cordonné la soumission des rapports alternatifs issus du Kenya, Singapour, et la Russie à la 68 ème séance de la CEDAW et accueilli une séance de briefing thématique des membres du comité ‘de la CEDAW sur l’impact de la législation d « d’enrayer la demande » sur le travailleuses du sexe. La riposte de la violence à l’encontre des travailleurs du sexe a été identifiée comme une priorité dans tous les pays.

Le modèle nordique a révélé une augmentation de risque de violence et de la vulnérabilité du VIH chez les travailleurs du sexe, il empêche l’accès aux services et à la protection sous la loi, en tant que travailleurs du sexe nous faisons appel aux gouvernements à travers le monde de collaborer dans la mise en œuvre de la décriminalisation complète du travail du sexe comme une priorité de mettre fin à la violence à l’encontre des travailleurs du sexe.

Le NSWP demande que les actions suivantes soient entreprises afin de garantir le respect des droits des travailleurs du sexe :

  • Mettre fin à la criminalisation et l’oppression légale des travailleurs du sexe, leurs clients et les parties tierces
  • La protection égalitaire par les systèmes de la mise en application des lois et de la justice pénale
  • Arrêter l’utilisation des préservatifs en tant que pièce à conviction pour le travail du sexe
  • L’accès égalitaire aux services de santé et sociaux basés sur les droits destinés aux travailleurs du sexe.

Veuillez lire la déclaration de consensus de NSWP afin d’en savoir plus.

Veuillez cliquer ici pour l’intégralité de la liste des événements de décembre 17

Il s’agit d’une déclaration conjointe de l’Alliance Africaine des Travailleurs du Sexe ASWA, du Réseau d’Asie Pacifique des Travailleurs du Sexe (APNSW) du Réseau de plaidoyer de l’Europe Centrale et Orientale et L’Asie Centrale(SWAN),du Comité International sur les Droits des Travailleurs du Sexe en Europe (ICRSE) et de la Plateforme de l’Amérique Latine des Travailleurs du Sexe (PLAPERTS).dans les milieux où un réseau régional n’existe pas, cette déclaration a bénéficié d’un appui des réseaux infrarégionaux et nationaux.

LEAVE A REPLY