Why Bad Black stands up for trans women sex workers in Uganda

1
1299
Bad Black is the Executive Director of Foundation for Trans Women Living With HIV Uganda.

She counts herself among the veterans in the sex workers movement in her county. This is perhaps the reason her friends named her after a famous a rich female sex worker who was not afraid of expressing herself. Those who know, Hakim Mukasa, say the moniker is befitting because she is rich in her expression and feisty in defending her community in Uganda.

How did you become involved with sex worker rights activism? What issues or people inspired you?

I became a sex worker in 2006, but I took up activism with gusto in 2009 after the death of one of my best friends. She was among four trans women sex workers violently murdered in Uganda. The fact that I want to stop the killings and the violence targeted at trans women keeps me activism.

I first started with Trans Initiative Uganda. However, as times went by, I felt there was a need for an organisation for trans women living with HIV in Uganda, who were often denied treatment on the basis of their identity.

My tipping point was when a friend died in 2013 after being denied treatment because she was transgender. I mourned my friend for almost two years and when I shook off what I consider one of the lowest points of my life, I knew it was time to do a different kind of activism. Consequently, I founded the Trans Women Living With HIV because I never want another member of my community to die because of violence or lack of access of healthcare.
Which countries and/or regions are you focused on in terms of mobilising support for the work that you do?

My home country, Uganda.

What organisations are you currently involved in and what are the priority areas that these organisations work in? Tell us a bit about your activism/work specifically.

I am the Executive Director of Foundation for Trans Women Living With HIV Uganda formed in 2015. The organisation campaigns for the rights to health for trans women and also ending violence against trans women who sell sex.

What were the biggest events or challenges you have worked on in the past?

Sadly, Uganda is one of the most violent countries for sex workers especially for trans women. To change this, I am always looking for opportunities to educate the society on transgender issues.

I have been involved in one or two campaigns such as ‘Stop Hate’, which we did door to door. It was organised by Youth on Rock Foundation.

As you may know, Uganda is not one of the most accommodative countries. However, the hate and violence against the community was escalating and something had to be done. The campaign was a dangerous undertaking because we risked being attacked. To minimise chances of attacks, we had security plans in place and we always moved in groups of five. To say the least, this was a hard campaign drive to be part of. First, we exposed our families and ourselves to possible violence. Secondly, it was hard to unpack the message to communicate to our target audience. Every knock on a door brought feelings of excitement and fear because we did not know how we would be received. Acceptance is hard especially because the general society views gender expression two fold and changing these views is an uphill task.

There has been change especially in the urban areas, and we are hoping for a positive reception in rural areas where we have partnered with a few stakeholders to extended healthy services to trans people.

What do you think will be the biggest challenges for your organisation/sex workers in your country in the future?

The legal environment for sex workers in Uganda is a big challenge and will remain so until the day sex work will be decriminalised. Organisational sustainability is another problem because some of our advocacy approaches require more funding than is usually available. We do outreaches to police and health service providers, who in our view are some of the biggest aggressors towards trans sexual workers. Such activities require a lot of resources both monetary and human since changing attitudes and even policies does not happen overnight. However, due to funding challenges, long-term engagement with our target partners is not possible. Thus, unless we can find a way to keep the outreach to law enforcers and health providers, trans women sex workers will continue to face violence and discrimination.

The other challenge is finding the exact number of trans women in Uganda for effective outreach and programing. Undeniably, there are some suffering silently for fear of violence or stigma that comes with openly identifying as trans gender women.

Do you have one message for the sex worker rights movement or one message for people outside of the movement?

My view is and will always be that sex workers need to work together and in unity. There is unity in strength and it beats the purpose of our activism if we are not. Ultimately, we all want to be in countries where sex workers’ rights are not abused. I believe in unity, we shall also conquer the world.

To those people outside the movement, that is our families, friends and our leaders; we are your children, accept us.

What is your biggest plan in activism?

I am working on TV reality show on the lives of transgender women in Kampala. The plan is to air the show in a local TV station. My ultimate goal is that this show will lead to acceptance and recognition of trans women in Uganda. I want the society to see that we are human too.

How do you carry out your activism e.g. what forms of social media and/or strategies do you use? (protests, social media, legislation, e.t.c.) to further the cause you advocate for?

For me, Facebook is the biggest platform I use because I am able to reach more people.

Profile by ASWA

*******************************************************************

Raison pour laquelle le Bad Black fait l’effervescence chez les travailleuse du sexe Trans femmes en Ouganda

En son nom propre, elle se compte parmi les travailleuses du sexe chevronnées au sien du réseau dans le pays. Son courage a conduit ses amis de lui donner un nom d’ après une travailleuse du sexe courageuse qui n’avait pas peur de s’exprimer ouvertement. Ceux qui l’ont connu avouent que Moniker méritait ce nom parce qu’elle avait une clarté d’expression aussi qu’elle était engagée en faveur de la protection de sa communauté en Ouganda.

Comment êtes-vous devenu défenseur de droits des travailleurs du sexe? Quelles problématiques ou personnages vous ont-inspiré?

Je suis devenue travailleuse du sexe en 2006, mais j’ai démarré l’activisme passionnément en 2009 après la mort de l’une de mes meilleurs amis. Elle faisait partie d’un groupe de quatre travailleurs du sexe trans genre qui ont été tués brutalement en Ouganda. L’envie de vouloir mettre fin à ces tueries m’accroche au activisme.

D’abord je travaillais chez Trans Initiative Uganda, mais au fil de temps j’ai ressenti en moi le besoin de créer une organisation propre aux femmes trans genre vivant avec le VIH en Ouganda. Des femmes à qui on refusait la prise en charge sur la base de leur identité.

Le moment tournant pour moi était lorsque mon ami est décédé en 2013, on lui avait refusé l’accès au traitement sur la base de son identité (femme transgenre). J’ai eu le deuil profond pendant deux ans environ, ceci était le moment le plus bas de ma vie. Je me suis rendu compte qu’il fallait mener l’activisme autrement. Par la suite j’ai créé Trans Women Living With HIV parce que je ne voulais plus perdre d’autre membre de ma communauté pour des raisons de manque d’accès aux soins de santé.
Dans quels pays et /régions consacrez-vous la mobilisation du soutien afin d’effectuer le travail que vous menez?

Ma patrie l’Ouganda

Avec quelles organisations collaborez-vous actuellement? et dans quels domaines prioritaires? Veuillez nous faire part de votre activisme en particulier ?

Je suis la directrice exécutive de la fondation Trans Women Living With HIV Uganda créée en 2015. La fondation mène des campagnes en faveur du respect de droits à la sante pour toute femmes trans genre et de mettre fin à la violence faite à l’égard des travailleuses du sexe.

Quels sont les défis principaux dont votre organisation a eu à fait face dans le passe ?

Malheureusement, l’Ouganda est l’un des pays où les travailleurs du sexe subissent tant de violence, notamment les travailleuses du sexe trans-femmes. Pour mettre fin à ceci, il faut encourager et favoriser les opportunités permettant des renseigner la communauté sur les problématiques des transgenres.

J’ai participé à des campagnes de sensibilisation porte à porte telle que ‘Stop Hate’ (mettre fin à la haine) organisée par Youth on Rock Foundation.

Vous êtes peut-être déjà au courant que l’Ouganda n’est pas un pays tolérant, Toutefois la haine et la violence avait atteint un niveau alarmant et il fallait agir.

On a encouru un grand risque lors de la campagne parce qu’on a failli d’être agressé. On a dû mettre en place des mesures sécuritaires afin de garantir notre sûreté et sécurité, et à chaque fois on se déplaçait en groupe de cinq. Il s’agissait pour le moins en dire, une campagne très dure à mener. Tout d’abord, on s’est exposé ainsi que nos familles potentiellement à la violence. Deuxièmement, il était difficile de livrer le message souhaité à notre public ciblé. Chaque frappe à la porte a déclenché des sentiments d’excitation et de la peur parce qu’on ne savait pas la façon dont il sera reçu. L’acceptation n’est pas évident notamment lorsque la société générale tient une double opinion sur l’expression de genre, et changer ces opinions et mentalités demeure une lourde tâche.

Toutefois il y a eu une évolution surtout dans des zones urbaines, et nous espérons avoir une bonne réception dans les milieux ruraux où nous avons instauré un partenariat avec des acteurs en matière de santé afin qu’ils puissent prester des services médicaux à la population des transgenres.

D’après vous quels seront les défis principaux dont votre organisation fera/les travailleurs du sexe feront face dans l’avenir?

L’environnement juridique reste un grand défi en Ouganda pour les travailleurs du sexe et demeurera jusqu’au moment où le travail du sexe sera décriminalisé. La durabilité organisationnelle est l’autre enjeu, certains de nos démarches de plaidoyer nécessitent un financement d’avantage au-delà de ce que nous disposons en générale. Nous menons des sensibilisations ciblant la police et les prestataires des services médicaux, qui sont selon nous les principaux auteurs d’agression à l’encontre des travailleurs du sexe transgenre. Ces activités demandent tant de ressources tant financières qu’humaines afin de pouvoir changer la mentalité ainsi que les politiques. On n’y arrive pas du jour au lendemain. Pour des raisons de faible financement, l’engagement à long terme avec nos partenaires ciblés reste toujours inatteignable, il nous faut donc de mettre au point des moyens qui nous permettrons de maintenir la sensibilisation auprès des responsables des force de l’ordre, des prestataires des services de santé, au contraire cas les travailleurs du sexe transgenre continueront de faire face à des cas de discrimination et la stigmatisation.

L’autre enjeu est qu’on n’arrive pas de se renseigner sur le nombre exact des Trans femmes en Ouganda, afin de mener à bien la programmation et la sensibilisation. Incontestablement, la majorité souffre en silence pour la crainte d’être soumise à la violence ou la stigmatisation lorsqu’elles s’identifient ouvertement comme des Trans femmes.

Quel message voudriez-vous livrer aux travailleurs du sexe? Ou à ceux à l’extérieur du mouvement?

Je maintien et maintiendrais que les travailleurs du sexe doivent travailler ensemble d’une façon collective. L’Union faire la force. Pour ceux à l’extérieur du mouvement, à nos proches, amis et dirigeants, « nous sommes vos enfants, acceptez nous ».

Quel est votre projet le plus grand quant au activisme ?

Je suis en train de réaliser une émission (une télé-réalité) portant sur les vies des femmes transgenre à Kampala. L’objectif est de la diffuser à travers des chaines locales. Mon but ultime est que grâce à cette émission il y aura une acceptation et reconnaissance des femmes trans en Ouganda. Je veux que la société les voir comme des êtres humains également.

Dans quelle manière exécutez-vous votre activisme par ex. à travers les voies telles que les réseaux sociaux.et /ou quelle stratégies employez-vous ? Les manifestations, réseaux sociaux, législation etc.) Afin de faire connaitre votre cause?

Pour moi, Facebook est la plus grande plateforme que j’utilise, grâce aux réseaux sociaux j’arrive à atteindre beaucoup de monde.

Profil recueilli par ASWA

 

 

 

 

 

1 COMMENT

  1. I’m really impressed with your writing skills as well as with the layout on your weblog. Is this a paid theme or did you customize it yourself? Anyway keep up the nice quality writing, it is rare to get a nice blog like this one today..

LEAVE A REPLY